Bibliographie I / II

 

 

II. A partir de ce volume, les livres sont signés Jean-Paul Michel

 

"Autour d'Eux la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante..." Admirations et circonstances, William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 1992.

13,40 €, 88 FF. 112 pages, illustré du portrait de Soutine hors-texte, en noir. 16 x 24,5 cm. ISBN : 2-905810-96-3.
Disponible en E.O. en second papier.

 

 

"Merci pour Autour d'Eux, reçu sous ton nom des origines, celui qu'on est quelques-uns
à entendre tout bas sous ton nom de guerre et qui resurgit, là (...), dans sa fraîcheur émouvante. (..) Vertige d'avoir été (...), d'être encore (...). La preuve (..) est de ta main même, dans les pages éclatantes que tu as consacrées à Faucon, à chaque ligne (...). La jeunesse des corps et du coeur, le feu,
t'aimantent , te tirent à la pointe de toi-même, t'inspirent, littéralement. Je dis ça alors que j'ai aimé pareillement les autres (...) ces diffractions de l'écho qu'ils éveillent en toi, l'inflexion saisissante
qu'ils y reçoivent et qui les transfigure : Foucault rendu à ses jeux (...) ; les "qui vivent en polissant des lunettes", et le magnifique poème à Khaïr-Eddine, "harassés, chauves, pires". (..) C'est pour avoir marché, me disais-je, de toi, avec le temps, ne l'avoir pas laissé le dépasser qu'il est pareil.
Le même qu'il y a longtemps, que toujours.

Pierre Bergounioux.

"Vous avez touché en moi le plus intme. (...) J'ai voulu vous remercier
du fond d'un coeur mis à nu, vous dire mon admiration.
Roger Laporte.

"Peut-être, en effet du coup reçu au texte qui le donne, la battue constitue-t-elle une excellente
métaphore de la lecture telle que je l'aime,voire son propre..."

Lucette Finas
.

"Beau livre, à tous les sens du terme. Voilà qui fait honneur à la fois
à l'écrivain et à l'éditeur. Longue vie à William Blake!"

Jérôme Lindon.

 

v. Dossier critique par titre

 

 

L'Invention du Lecteur, Première année, William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 1995.

Le cahier, 4,60 €, 30 FF. La collection de six plaquettes, sous emboîtage : 22,90 €, 150 FF.
16 x 25 cm. ISBN : 2-84103-027-X.

 

1- Tant brille ce qui est selon mille destins (Coups de dés).

2- "Non en mythiques Nymphes mais..." (poèmes d'été).

3- "... Cette folie - seul devoir!" (sauf à la honte).

4- "L'Art n'efface pas la perte. Il lui répond". (Retour de Sélinonte).

5- "Dans l'étroite phalange de Ceux qui joutent..." (Au bond la balle).

6- "Ils ont dansé avec ce qui les détruit..." ("Davantage se peut").

7- "Nous reste cela : (Retour de Tübingen)" (1770-1843).

8- Mohammed Khaïr-Eddine (1941-1995). "Entre l'abîme et moi
c'est un règne, et je suis".

v. Dossier critique par titre

 

 

L'Invention du Lecteur, Deuxième année (Poèmes délivrés par abonnement, emboitage 1996). William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 1996.

Le cahier, 4,60 €, 30 FF. La collection de six plaquettes, sous emboîtage : 22,90 €, 150 FF. ISBN : 2-84103-027-X.
Poèmes 1 et 2 repris in Difficile conquête du calme.

 

1- "Azur semé de trèfles d'or à une patte..." (Le visage et le c¦ur ouverts),

2- "Dans la nuit des échos..." (Qui dira jamais ce qui sauve un livre?).

3- "Enviés bonnets rouges..."

4- Le conflit de la Règle et du chant.

5- La vis sans fin.

 

 

v. Dossier critique par titre

 

Difficile Conquête du calme suivi de Trois lettres sur la Poésie & de Trois poèmes, Joseph K., 1996.

12,20 €, 80 FF. 128 pages ISBN : 2-910686-09-4

 

" Il y a du François d'Assise, dans la limpidité de l'écriture, et du Bach :
musique mesurée, éclatante pour s'effacer juste derrière l'éclat, avant de revenir ;
écriture dépouillée, ayant trouvée sa juste mesureentre l'ascèse et la brûlure ;
parole diurne dans tous les cas touchant à la transparence.
Son texte "Parfait balcon sur Starnberger See..."
donne la pleine mesure de son art."

 

 

v. Dossier critique par titre

 

 

 "Nous avons voué notre vie à des signes", William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 1976-1996.

38,10 €, 250 FF. ISBN : 2-84103-055-5. Catalogue des vingt ans de William Blake & Co. Edit.

 

Articles de Jean-Paul Michel :

"Une "chasse", un jeu, une fête".

"Aux Chasses, "plus qu'à la prise" ".

" Amoureux du rire, du risque et de la fête..."
(Sur l'illusion contemporaine d'une "fin de l'art").

 

 

v. Dossier critique par titre

 

Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Cérémonies et Sacrifices, poèmes 1976-1996, Flammarion, Paris,1997.

19,80 €, 130 FF. 252 pages. ISBN : 0806-7412-9.

 

"Comme vous avez bien fait de réunir ces beaux poèmes dans un ordre chronologique !
permettant ainsi au lecteur de suivre la progression d'une démarche extrêmement singulière. (...)
Elle part d'une contestation de la rhétorique, mise d'abord en lambeaux, pour s'élever
et imposer hors de toute convention cette forme à la fois hardie et maîtrisée, d'une vigueur
sans pareille,qui vous est devenue propre et m'avait tant frappé
dès la première lecture de vos écrits poétiques."

Louis-René des Forêts.

"Toujours pareil. Tu fonces à travers tout, droit devant toi, sans souci des ondes et des échos,
des heurts, des vagues, des choses bousculées, des conséquences. Je marche derrière,
sur tes brisées, ramassant les morceaux, rassemblant ce qui peut l'être, tenant registre,
les bras chargés d'images, la tête encombrée de noms et de dates, le coeur plein d'émois,
de souvenirs. C'est le vieux temps qui continue. Aujourd'hui, c'est hier
et maintenant, demain. Je t'embrasse."

Pierre Bergounioux.

" "Magnifique". Merci dans le gras du coeur. A toi, "tout en avant dans la lumière et dans la force." "
Alain Borer.

"A mes yeux, c'est un chef-d'oeuvre, d'un mot que je n'emploie pour ainsi dire jamais."
Philippe Lacoue-Labarthe.

"Cet art poétique, plein de lyrisme est l'aboutissement actuel d'un long chemin. (...)
"Le plus réel est ce hasard, et ce feu" (...) contient des textes écrits depuis vingt ans,
d'abord aux ciseaux, en un langage éclaté comme du temps de
Tel Quel, puis sous une forme
plus ample et plus interrogative, qui fait songer à Mallarmé et à Valéry.
Profondeur et intériorité marquent ce beau poète."

Alain Bosquet, Le Figaro littéraire.

v. Dossier critique par titre

 

 

"La deuxième fois", Pierre Bergounioux, sculpteur, photographies de Baptiste Belcour, William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 1997.

8,80 €, 58 FF. ISBN : 2-84103-072-5.

 

"Je regarde les sculptures de Pierre Bergounioux comme des "écritures"
de fer. Des signes forgés,assemblés, soudés par le feu, polis et défendus
de l'oxydation - qui, matériellement, perpétuent la mémoire des choses
par leur conservation même et les arc'boute, les arme d'un sens,
les lance dans le monde second comme autant de signes d'art,
afin qu'ils y perpétuent la mémoire du monde premier et,
une deuxième fois, l'arrachent à l'oubli. C'est le travail même
de l'écriture devenu visible, aggravé ici de la résistance des matériaux,
de l'inertie des choses, du passage tragique du temps réel -
celui des existences perdues."

Jean-Paul Michel.

 

 

 

"Le réel surgit selon ses qualités réelles - d'obstacle." Réponse à la question : "Qui sont nos ennemis?". Le loup dans la véranda, 1999.

5,80 €, 38 FF. ISBN: 2-912226-09-0

 

"D'abord, on n'a pas d'ennemi.
On connaît chacun pour ce qu'on l'aime.
On loue la vertu d'instinct. La loyauté, le goût
du don, la franchise, l'innocence, l'insouciance,
le rire aux éclats, les vies d'un seul élan.
On a lu..."

 

 

"Ô L'irréalité de chacun, dans l'irréalité générale !" Journaux. Le loup dans la véranda, 1999.

5,80 €, 38 FF. ISBN: 2-912226-08-2

 

"On ne peut rien faire de pire contre ce monde,
soutiendrait un saint cynique, que de le
décrire exactement.
Voir la vie
avec ses yeux, comme Rimbaud le ciel bleu
avec l'idée du forçat intraitable.
Végétations, zoologies, politiques..."

 

 

 

"Pour nous, la Loi" (sur Hölderlin), suivi de "Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups." Illustré des quatres cahiers de lithographies de la Titanomachie de Lionel Guibout, L'Invention du Lecteur, Bordeaux, 1999.

22,90 €, 150 FF. ISBN : 2-9110569-15-8.

 

"Pourquoi, au sortir de cette lecture, presque toute poésie semble à ce point lourde ?
sommaire ? limitée ? De si peu d'enjeux ?

Pourquoi ne tiennent, devant elle, hors les premiers Grecs, qu'un tout petit nombre d'oeuvres :
Leopardi, Hopkins, Nietzsche, pour seulement pointer, dans notre passé proche,
notre présent indépassé ?

Pourquoi ce sentiment unique d'être alors en présence de la pensée comme chant,
du chant comme pensée ?

<...>

Chez Hölderlin, d'un bout à l'autre, la valeur supérieure est la joie.
Voilà, à coup sûr, la première pensée moderne vraiment
affirmative.

Quand on sort de sa lecture, cette dilatation, du monde, on augmente.
On se retrouve seul quand elle cesse, dans un univers qui rétrécit."

 

 

Les signes sont l'être de l'être, calligraphies de Lalou, William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 2000.

10,70 €, 70 FF. ISBN : 2-84103-103-9.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos ennemis dessinent notre visage, (Aveux & expiations), La Pharmacie de Platon, William Blake & Co. Edit., Bordeaux, 2000.

6,90 €, 45 FF. ISBN : 2-84103-105-5.

 

"Nos ennemis dessinent notre visage.
Cette vérité effraie.
Pour survivre nous cachons ce que nous sommes.
Nous masquons des vertus en vices.
Nous montrons des richesses que nous n'avons pas.
Nous avons dès l'enfance une inclination batailleuse à l'injure
       et au mépris.
Adolescents, nous mettons un point d'honneur à blesser
       le coeur de qui nous aime.
Nous désirons communément le pire malgré les supplications
       et les larmes.
Nous rugissons comme des tigres sous l'injure.
Nous sommes pour nous-même notre pire ennemi."

 

 

 

"Défends-toi, Beauté violente !", Intimations et Expériences, (Le plus réel est ce hasard, et ce feu, II) (1985-2000), Flammarion, Paris, 2001.

18,30 €, 120 FF. 200 pages. ISBN : 2-08-06-8129-X

 

"A quoi sert la beauté mortelle ?" demande le fragment de Gerard Manley Hopkins qui sert d'épigraphe à
la deuxième partie de ce volume : "Elle garde brûlante- l'attention humaine pour les choses qui sont".

Depuis Un essai de ponctuation (1985, dédié à Jude Stéfan), jusqu'au dernier salut à Donatello (Florence,
2000), le même goût ardent du réel, la même rivalité amoureuse du poème avec la "musique de
ce qui est",
"
le cru des choses - leur or" se donnent ici à lire avec force.

La conscience aiguë de l'étrangeté radicale de tout le réel provoque le pari d'art comme la seule possible "réponse" humaine au non-sens. "Défends-toi, Beauté violente !" en appelle ainsi aux deux instances
en conflit de l'
éclat de ce qui est et des puissances d'art de la langue.